Arrivé à la tête de l’équipe nationale belge à XV en 2004, Richard McClintock aura entraîné les Diables Noirs durant dix ans, quittant son poste à l’été 2014. Depuis, il ne s’était pas encore lancé dans une nouvelle aventure sportive. "Je voulais faire un break, pour me ressourcer mais aussi pour suivre mon fils Robin", explique Richard McClintock. "Mais quand Bourgoin se présente, tu ne peux pas refuser. Pendant deux ans, j’ai refusé plusieurs projets, notamment pour entraîner d’autres équipes nationales".



Le CSBJ connaît jusqu’ici une saison difficile en ProD2, avec une 15ème place et seulement deux victoires en neuf rencontres. "Bourgoin est un peu dans le besoin et j’aime bien ce genre de situation. C’est un projet intéressant car je reçois les clés du camion. On m’a dit ’tu fais ce que tu veux car nous, on ne sait plus comment faire’. Je deviens le patron sportif du club. Et donc coach principal et directeur sportif", ajoute McClintock, qui entraînera les Ciels et Grenats en compagnie d’Alexandre Péclier.



"Bourgoin a vécu sur son glorieux passé et a un peu oublié de se moderniser. On va donc s’y atteler. Ca pue le rugby à Bourgoin et le stade est mythique. C’est une belle opportunité, dans ma région qui plus est".



Richard McClintock sera-t-il tenté d’attirer des joueurs belges ? "Tous les joueurs qui ont le niveau de ProD2 m’intéressent. Mais j’ai tourné la page de la Belgique. Je suis parti heureux et content. J’avais encore du jus mais ce ne fut pas accepté, c’est tout. Mais j’ai toujours une pensée pour mes amis belges".



Le Bourgoin nouvelle version débute par un déplacement à Carcassonne ce vendredi (20h).



Retrouvez ci-dessous une interview de Richard McClintock accordée à France Bleu Isère.