Nicolas Le Roux n’entraînera donc plus la Belgique. Au mois de décembre, l’ancien international français à 7 a répondu favorablement à l’appel de la FFR, où il est responsable du groupe espoirs des équipes de France à 7.



"J’ai eu une opportunité dans mon pays. Le nouveau manager de l’équipe de France a en effet aussi suivi l’évolution des performances de la Belgique. Je ne suis donc pas parti pour une autre équipe nationale, malgré des propositions. A la FFR, je suis responsable de la filière haut niveau en jeunes garçons et filles. Quand on t’offre cette opportunité, avec un CDI à la clé, tu ne peux pas refuser", nous a expliqué Nicolas Le Roux.



Arrivé en Belgique en 2010, Nicolas Le Roux sera donc resté en poste un peu plus de six ans. Sous sa direction, la Belgique est remontée en Grand Prix Series, regroupant le top 12 européen. Leur meilleur résultat, les Belges l’ont obtenu en 2014 avec une sixième place européenne. En 2013, l’équipe belge avait également remporté, à domicile, le titre de championne d’Europe division A. Après toutes ces années, Nicolas Le Roux ne nourrit qu’un seul regret. "C’est qu’il n’y ait pas de volonté de faire de compétition à 7. Nous avons mis en place des structures pour faire progresser les cadres, pour rester au minimum dans le GPS à long terme. Nous avons formé des Belges qui peuvent entraîner comme Bertrand Billi, Mehdi Hrim, Cécile Blondiau, ou Margaux Lalli en tant que préparateur physique".



"Au bout du compte, ce qui m’intéresse, ce sont les gens qui s’investissent et qui ont battu des grandes nations. La mentalité belge est forte, il y a des joueurs de talent. Les meilleurs résultats internationaux des dernières années, c’est à 7 que la Belgique les a obtenus. Il y a des joueurs indispensables à XV qui sont passés par le Pôle Performance et le 7", souligne Nicolas Le Roux. "J’estime encore qu’il y a un manque de respect par rapport aux gars qui s’investissent. Les gens ne se rendent pas compte de la charge de travail que cela demande, en tant qu’amateur".



Ce départ ne fait pas les affaires de l’équipe de Belgique. "Je reste en contact avec les personnes liées au projet mais je m’aperçois qu’elles sont délaissées. Je vais les soutenir, je viendrai de temps en temps, quand je le pourrai. Les jeunes sont quelque peu démotivés. On utilise l’image du 7 quand cela arrange", ajoute Nicolas Le Roux.



"Maintenant, la Ligue francophone m’a permis de développer mes compétences à 7 et c’est aussi grâce à cela que j’ai reçu cette nouvelle opportunité aujourd’hui. Je suis redevable de cela également".



Suite au départ de Nicolas Le Roux, l’équipe nationale belge à 7 est donc à la recherche d’un nouvel entraîneur. Les candidatures peuvent être envoyées à l’adresse info@lbfr.be.