Frameries est donc mathématiquement condamné à la descente après sa défaite lors de la 12ème journée de Bofferding League. Une fois de plus cette saison, les Jaunes et Noirs n’ont pourtant pas à rougir de leur prestation contre le ROC, vainqueur 13-26 à la Cité Piérard. "On rivalise bien. On joue je crois 60 minutes à leur niveau. On revient à un point et puis après c’est un petit peu l’histoire de la saison qui se répète. On n’a pas les effectifs suffisants et on lâche physiquement à vingt minutes de la fin et cela nous coûte le match", détaille le joueur/président Sébastien Brohé.



Frameries doit à présent penser à l’avenir et à la saison prochaine. Ce que le club hennuyer a déjà fait. "La descente on y a déjà pensé vu les résultats et l’avance qu’avaient nos concurrents directs. Il faut maintenant prendre la descente en D2 comme une opportunité de repartir d’une page blanche. Comme l’a fait un peu le ROC, comme l’a fait un peu le Kituro. Relancer les nombreux jeunes qui vont monter dans la bataille et avoir un groupe bien soudé pour réattaquer la D1 dans un futur proche", poursuit Sébastien Brohé.



"On a eu une saison difficile. On n’a pas su fidéliser beaucoup de nos joueurs, pour cause de vie professionnelle, de vie privée. Il faut à présent profiter de la vague de jeunes pour insuffler un souffle nouveau".



Le cas de Boitsfort, sur le point de remonter en D1 douze mois après sa relégation en D2, sert d’exemple. "Tout à fait. Les Boitsfortois n’ont pas paniqué, ils ont été très calmes. Ils ont intégré leurs jeunes. Et on voit que cela porte vraiment ses fruits en D2 et ils sont pratiquement déjà champions", conclut Sébastien.



Lire aussi : Frameries mathématiquement condamné, l’ASUB revient dans la course